La commission des carrières et des rémunérations s’est réunie le 3 octobre dernier. Espace d’échange et de dialogue entre vos représentants et la direction, elle est chargée d’émettre des propositions sur la mise en oeuvre de la politique salariale et l’évolution professionnelle des salariés de droit privé.

Dans ce cadre, plusieurs salariés nous ont contactés afin de nous informer de leur situation et échanger sur l’opportunité ou non de saisir cette commission. Après avoir échangé avec eux et apporté un avis éclairé, nous avons accompagné quelques collaborateurs en portant leur dossier devant la direction. La commission a ainsi examiné la situation individuelle d’un certain nombre de salariés au regard du positionnement de leur poste ou de leur rémunération.

Passe d’armes sur l’interprétation de la convention collective et de son application.

Force est de constater, une fois de plus, que la direction « réinvente » ses propres interprétations de certaines dispositions de la convention collective, notamment des articles relatifs aux mesures salariales liées à la mobilité. Ces différences d’interprétation ont donné lieu à de nombreux échanges, soldés par un désaccord sur quelques situations individuelles. Aussi, nous avons d’ores et déjà saisi notre avocat afin d’obtenir une analyse juridique des textes et de leur application au sein de VNF. En fonction des conclusions qu’il nous rendra, nous avons alerté la direction que nous n’hésiterons pas, cette fois encore, à porter ces dossiers devant le Tribunal des Prud’hommes.

Plus de transparence dans les règles des postes à pouvoir

Par ailleurs, nous avons demandé une clarification des règles de publication interne des postes. En effet, afin de faire face à la baisse récurrente des effectifs, de nombreuses directions se réorganisent très régulièrement à effectif constant ou moindre. Dans ce cadre, les procédures diffèrent d’une direction à l’autre: certaines choisissent de publier leurs postes alors que d’autres proposent une organisation préfléchée. Ainsi, certains salariés doivent faire acte de candidature et bénéficient des dispositions de la convention collective relatives à la mobilité. À l’inverse, d’autres sont positionnés d’office sur des postes sans accompagnement salarial y compris s’ils
changent de poste ou de résidence administrative. Au mieux, ils bénéficieront (et ce n’est pas toujours le cas) d’une évolution de fiche de poste qui peut induire une augmentation variant de 0 à 3 %, le zéro n’étant pas l’exception malheureusement. Que la règle soit claire : les personnels n’ont pas à pâtir des procédures internes RH ! La CFDT-VNF demande une clarification des process et une harmonisation des pratiques au sein de l’EPA VNF.

Analyse fine de la classification et des rémunérations au regard du marché

Un autre point portait sur la révision de la politique de rémunération et plus particulièrement sur la présentation des premières conclusions relatives à l’évaluation des minimums conventionnels et des plages de gestion. Dans ce cadre, le cabinet Altedia, assistance à maitrise d’ouvrage missionnée par la DRH, a réalisé un benchmark sur un premier panel ciblé de 12 entreprises ayant un point commun avec VNF, mais aussi sur un champ élargi à 300 entreprises afin de disposer de plusieurs grilles de lecture. Ce diagnostic a permis de dresser un premier constat sur la cartographie des rémunérations de VNF au regard du marché de l’emploi.

Afin de disposer d’une grille de lecture commune, un travail d’analyse et de correspondance des niveaux de responsabilité VNF avec la méthode Altedia a été réalisé.

La méthode de pesée d’Altedia s’appuie sur les critères suivants :
• autonomie (de méthode, planning, délégation) ;
• compétences et expériences (formation, expérience, responsabilité professionnelle) ;
• interactions et relations (travail en équipe, relations transversales, effectifs supervisés, relations clients fournisseurs, relations internationales) ;
• complexité de mise en oeuvre (application du savoir, rôle) ;
• complexités d’environnement.

Des pesées tests ont ainsi été réalisées sur plus de 40 emplois, affinés par des fiches de poste que la DRH s’est engagée à nous transmettre. Le résultat obtenu en points a permis de traduire une correspondance des niveaux VNF sur l’échelle Altedia afin de comparer les minimums conventionnels et les plages de gestion de VNF avec le marché.

Concernant les minimums conventionnels, l’analyse d’Altedia est la suivante :
• Niveaux 1 à 4 : dans les fourchettes du marché,
• Niveau 5 : légèrement en décrochage,
• Niveau 6 : élevé par rapport aux normes du marché,
• Niveau 7 : dans les normes,
• Niveaux 8 et 9 : en décrochage par rapport au marché.

S’agissant des plages de gestion VNF, Altedia considère qu’elles sont comprises dans les pratiques du marché.

Une deuxième phase repose sur l’analyse du système de rémunération et de progression à VNF, dont le calendrier est prévu pour fin octobre — début novembre.

Ces bilans devraient permettre au cabinet Altedia d’émettre des préconisations dès le début de l’année prochaine afin d’ouvrir les négociations autour de la politique de rémunération. Dans ce cadre, la CFDT-VNF rappelle qu’elle souhaite l’instauration d’un système permettant de valoriser l’ancienneté des salariés et leur offrir de la visibilité en terme d’évolution salariale.

Elle rappelle également qu’elle souhaite l’instauration d’un minimum conventionnel par niveau et non plus par catégorie, ces derniers générant de trop gros effets de bord sur une enveloppe NAO de plus en plus restreinte.

Sur la base des documents qui ont été remis, la CFDT-VNF organisera un groupe de travail afin d’analyser les résultats présentés par Altedia et émettre des propositions dans le cadre des négociations à venir.

Enfin, un dernier point portait sur la présentation du bilan NAO 2018. Compte tenu du temps consacré aux deux précédents points, celui-ci a été reporté à une prochaine réunion de la commission.

Vous souhaitez obtenir l’avis de vos représentants sur le positionnement de votre poste au regard de l’évolution de vos missions ou sur votre niveau de rémunération ? Contactez-nous (cfdt@vnf.fr) et nous étudierons votre situation.