DTCB : Le spectacle continue


La CFDT-VNF a diffusé un flash-info auprès des personnels de la DTCB. En effet, depuis des mois :
« La CFDT-VNF dénonce successivement et régulièrement les décisions présentées dans les instances locales (CLHSCT, CTUP) comme :

le changement d’horaires sur le Canal de Nivernais-Yonne ;
le projet des UTI type ;
les modifications de chaque UTI.

La CFDT-VNF a voté contre le projet d’organisation de l’UTI Nivernais-Yonne lors d’un CTUP dénonçant le maquillage des centres de maintenance et s’est opposée au projet de fusion des UTI Val de Loire et Loire Seine.

De plus, la CFDT-VNF dénonce depuis plusieurs mois :

les situations que subissent les personnels sur certains CEMI ;
le déni de démocratie suite au questionnaire sur la pause méridienne diligenté par la direction et pour lequel elle n’a pas tenu compte de la majorité exprimée ;
la situation des passages de bateaux au quart d’heure ou à la minute ;
le résultat du travail sur l’astreinte présenté au dernier CTUP ;
Le fait que la direction crée des situations conflictuelles pour ensuite essayer d’éteindre les incendies. En mode pompier et dans un second temps, les services RH font de leur mieux pour essayer de répondre aux problèmes causés par la direction, mais le flux des dossiers est en forte augmentation.

La CFDT-VNF est également intervenue :

sur le problème de changement de planning des agents d’exploitation en entretien et des Indemnités de Sujétions Horaires (ISH) ;
pour réintégrer des locaux sur le secteur Nivernais-Yonne afin de rendre aux agents des conditions de travail décentes.

La saison estivale était encore riche en rebondissements.

La CFDT-VNF alerte régulièrement sur les situations fragiles notamment des restructurations, dont les organisations présentent des faiblesses notoires. Lors de sa dernière newsletter, la CFDT-VNF avait alerté sur le risque de déclassement des services de maintenance notamment sur une UTI. Force est de constater qu’elle avait vu juste.
Sur cette UTI, un service maintenance n’a pas été autorisé à répondre à une demande de l’exploitation suite à une avarie sur une écluse stratégique. Sur cette UTI, la communication entre l’exploitation et la maintenance s’effectue avec un nouveau réseau social « GMAO-TOCTOC », plus aucun contact, mais l’application est remplie…

Dans le cadre de ses missions, un représentant CFDT-VNF s’est rendu sur site cet été pour défendre et permettre la remise en fonctionnement partiel de l’exploitation de l’écluse. Sans cette intervention, cette écluse aurait été immobilisée une semaine en pleine saison. À l’aube d’un projet de modernisation, ce n’est pas très positif pour l’image de VNF.

Sur une autre UTI, à titre d’exemple, il est reproché au service maintenance de ne pas réparer une cuvette de WC desserrée, alors que dans le même temps les personnels de maintenance ne peuvent plus réaliser d’opérations sur les ouvrages. Certains systèmes d’entraînement sont bâchés pour pallier l’absence de réparation des maçonneries des piles de barrage et éviter les infiltrations, qu’en sera-t-il en cas de crue couplée avec des coupures d’énergie ou autres ?

Depuis des mois en instance et ailleurs, la CFDT-VNF alerte et dénonce des situations qui potentiellement seraient accélératrices de risques particulièrement sur l’UTI transférée en 2018. La direction se veut rassurante, prétextant que les représentants du personnel exagèrent, qu’elle a toute confiance en ses encadrants, que la technique n’est pas importante…

N’étant pas écoutés au niveau local, nous avons relayé ces dysfonctionnements au niveau national. Une alerte a ainsi été déposée par les représentants du CHSCT Central auprès de la direction sur la dangerosité et l’état critique de nombreux ouvrages, notamment sur le périmètre de la DTCB où le dialogue social est rompu. Un CHSCT central extraordinaire a été organisé le 14 octobre dernier. A cette occasion, le rapport de l’ISST a été transmis. Celui-ci soulève des incohérences et notamment des problèmes liés au fonctionnement des chaînes hiérarchiques, qui engendrent une augmentation des situations à risque.

Par ailleurs, la DTCB souffre de vacances de poste. La direction a recours à des personnels sous contrat précaire (saisonniers, CDD, intérim), qui ne sont pas remboursés de leurs frais de déplacement pendant des mois. Certains ont d’ailleurs terminé leur mission avant que cette situation ne soit régularisée. La règle est parfois changée en cours de contrat. Il ne suffit pas à la Direction Générale de promettre des ETP à la DTCB sans donner les moyens humains et financiers pour gérer ces contrats. La surcharge de travail générée (environ 400 contrats pour la saison) oblige à recruter d’autres CDD pour assurer cette gestion… et au final on embauche des intérimaires pour combler les recrutements prévus sur le terrain, cherchez l’erreur… ou comment faire du précaire sur du précaire….

Dialogue social

La CFDT-VNF alerte très régulièrement la direction sur de nombreux sujets au sein de la DTCB. Faute d’être entendues depuis 2 ans, les organisations syndicales se sont regroupées et ne participent plus aux instances locales depuis le mois de septembre.

Les représentants des organisations syndicales ont été reçus par le Directeur territorial le 28 septembre dernier. A cette occasion, elles lui ont présenté un cahier revendicatif commun, qui a fait l’objet d’une réponse présentée par la direction le 12 octobre. Celle-ci ne convenant pas à l’intersyndicale, une clause de revoyure a été fixée au 15 novembre. Dans l’attente d’une méthodologie pratique, l’intersyndicale est restée sur ses positions. Deux autres réunions ont eu lieu avec l’intersyndicale les 23 novembre et 7 décembre afin d’essayer de trouver des solutions mais les avancées sont très réduites.

La CFDT-VNF est pleinement impliquée dans ses actions et interpelle le directeur, notamment lors de sa tournée du « COP » lancée au sein des UTI depuis le 23 septembre, pour dénoncer les incohérences des sujets.
Dans de nombreux endroits, le climat s’est encore dégradé depuis le RETEX et la création des UTI. La DT soutient mordicus ses managers impliqués. Le fossé s’est encore creusé entre les services de l’exploitation et de la maintenance spécialisée et parfois au sein même des équipes, sans oublier les services administratifs qui saturent. Faire et défaire c’est travailler, mais l’absurde ne dérange pas certains managers.

Même si les congés de fin d’année ne sont pas les plus reposants, ils feront du bien. La section CFDT-VNF de la DT CB vous souhaite de bons moments avec vos proches et votre famille ainsi que de joyeuses fêtes de fin d’année.