Siège – Déclinaison du plan de sobriété des instances représentatives du siège : passer d’un « avis éclairé » à « un avis non éclairé » !


L’une des missions des élus au CTU de proximité du siège consiste à rendre un avis éclairé sur les projets de consultation d’organisation ou de réorganisation du travail et des conditions de travail des personnels du Siège.

La direction du Siège a décidé d’anticiper le plan de sobriété énergétique exigé par l’État et fait évoluer la mission des élus en sollicitant désormais un avis « non éclairé » !

De l’éclairage réduit…

Cette dernière décennie, les élus CFDT-VNF avaient déjà pu faire le constat que la direction se limitait au minimum dans le contenu du dossier de consultation fourni aux représentants du personnel concernant un projet de réorganisation et ses impacts. Ainsi plus question d’avoir :

  • Un organigramme nominatif avant/après :  « cherchez et vous trouverez bien qui occupe ou pas les cases… » 
  • Les fiches de poste avant/après : peut-être qu’elles ont été concertées ou pas, peut-être pesées ou pas… « si vous trouvez qui est concerné, posez la question au salarié si toutefois lui-même le sait… »
  • une visibilité sur les mesures salariales d’accompagnement pour les personnels impactés : « ce n’est pas le sujet voyons, nous verrons ça avec les personnes concernées dans un second temps et si cela ne leur convient pas elles feront appel. De toute façon la réorganisation sera en place, ils devront bien faire avec… » 

Ainsi, l’avis qui devait initialement être un « avis éclairé » se limite désormais à un champ contenu au strict projet de réorganisation sur la base de grands principes, de constats (pas toujours factuels, mais agrémentés de ratios d’ETP) ou de postulats (parfois partiaux) des concepteurs ou des initiateurs d’un projet motivé par des objectifs plus ou moins ambitieux et réalistes.

En conclusion, on limite les discussions au « sacro-saint projet » en parlant le moins possible des personnes qui en seront les premières impactées :

« Voyons déjà ça… le reste suivra… ou pas, mais cela ne vous regarde pas ! »

Vers le noir complet…

La direction a présenté au dernier CTU de proximité du 16 septembre un projet de création de la direction de l’immobilier (DIMMO). Ce projet construit sur la base d’un organigramme de 7 ETP (dont 2 créations de poste) correspond aux besoins estimés par le préfigurateur dans le cadre des missions et des objectifs revenant à cette future direction.  

Sans rentrer sur le fond du dossier et sans volonté des élus de remettre en cause l’opportunité de créer cette nouvelle direction, une nouvelle étape a été franchie par la direction !

En effet, suite aux questions des élus, la direction a indiqué, qu’en l’absence de dialogue de gestion finalisé et validé par le DG, elle ne savait pas, à ce stade, si les 2 créations de postes affichées dans l’organigramme seront bien validées, publiées et les personnels recrutés.

Quelle fut la surprise des élus quand, après une heure de présentation, ils ont compris que le projet (construit sur la base de 7 ETP, dont 2 créations de postes) ne reposait au final sur aucune certitude que ces 2 postes seraient bien affectés à cette direction naissante.  

Pour imager, c’est comme à la salle des ventes du temps passé : « Achetez la voiture, vous verrez ensuite si le moteur est dedans ! ». 

Impossible dans ces conditions pour les élus de la CFDT-VNF d’exprimer un avis au risque de mettre en difficulté, dès le départ, une nouvelle direction et ses personnels qui pourraient être écrasés par une surcharge de travail émanant d’un projet et des objectifs construits pour 7, mais à atteindre à 5 !

Avoir les moyens de ses ambitions

La CFDT-VNF avait déjà dénoncé le fait que de nombreux organigrammes présentés dans les instances et comportant des créations de postes (souvent pour centraliser des missions et au passage supprimer de nombreux postes dans les services) n’étaient pas suivis d’effets. Le fait que cette façon d’opérer met à mal les personnels qui subissent de plein fouet la surcharge de travail des ETP absents n’est plus à démontrer et les exemples ne cessent de se multiplier.

À la demande de la CFDT-VNF, le DG avait pris l’engagement, que désormais lorsqu’il présenterait un organigramme dans le cadre d’un projet de réorganisation, il s’assurerait d’être en capacité de pourvoir tous les postes.

Et oui ! Comme la CFDT-VNF l’avait indiqué au DG, lorsque la direction présente un projet de réorganisation elle le fait en étant consciente des contraintes de plafond d’emplois et elle doit donc être en capacité de garantir les moyens. Dans le cas contraire, ce projet doit être reporté dans l’attente de les obtenir ou repensé en tenant compte de la réalité des moyens humains disponibles.

Pas de bras… pas de chocolat !

Dans l’esprit « complexe » du DG (rédacteur des deux lettres de missions et à l’initiative de la construction de cette nouvelle direction de l’immobilier), il semble penser qu’il pourrait présenter le projet dans les instances tout en assumant le fait que les postes ne seraient « peut-être » pas publiés et donc les personnels recrutés !

Soyons donc plus clairs :

« Soit vous avez les moyens de vos projets et de vos ambitions et vous les menez à terme, soit vous ne les avez pas et vous ne chamboulez et ne désorganisez pas tout un service (ou plusieurs !) pour faire pire que mieux » !

Une nouvelle fois, et c’est désormais une habitude, la direction a voulu mettre les élus au pied du mur devant une soi-disant urgence en expliquant que le pire serait de ne rien faire ! Mais nous ne sommes plus dupes et la confiance est rompue ! Malheureusement, plusieurs expériences nous ont démontré que la direction pouvait faire pire que mieux !

D’ailleurs, alors que le DG clame partout qu’il est mobilisé à plein temps pour défendre la voie d’eau et obtenir des moyens en préservant notre plafond d’emplois, il est l’un des seuls DG à la tête d’un établissement public de notre ministère qui perdra encore l’année prochaine 60 ETP. De là à aller jusqu’à dire qu’il aurait mieux fallu qu’il ne fasse rien et surtout qu’il ne signe pas un COP qui gravait dans le marbre 400 ETP de moins d’ici 2025 il n’y a qu’un pas…

En conclusion, les élus au CTU de proximité du 16 septembre consultés sur la préfiguration de la direction de l’immobilier se sont déclarés dans l’incapacité d’émettre « un avis éclairé » en l’absence de garanties que les 2 ETP présentés dans l’organigramme de cette future direction soient bien recrutés. 

Par la même occasion, les élus ont rappelé que lorsqu’il s’agissait de créer à la direction générale des postes de chargés de missions en tous genres ou tout autre poste, cela ne relevait jamais de consultation du CTUP. De plus cela n’était jamais suspendu aux arbitrages d’un dialogue de gestion, y compris quand personne n’est en capacité de comprendre l’urgence de la création de ces postes. D’ailleurs à la direction générale, on ne souffre pas trop de vacances de poste, car ils sont rapidement publiés et pourvus !

Cela peut aider à comprendre pourquoi le DG est « hors sol » quand on lui parle de surcharge de travail pour les personnels qui sont dans des services aux organigrammes gruyères.

Actualités
Les Eq’eaux