DTS : Nouvelle formule pour nos HMI

La première s’est tenue le 17 mars sur l’UT Rhône au Rhin Branche Sud, suivie le 22 mars de l’UT Strasbourg Rhin puis le 29 mars sur l’UT Marne au Rhin Sarre.

Une HMI spécifique s’est tenue pour évoquer la problématique des « 3×8 » le 28 mars sur le site des écluses de Gambsheim.

Les dernières HMI se sont tenues les 23 et 24 mai au Quai de Paris, siège de la DTS, pour les personnels administratifs et salariés de droit privé en présence de Rudy Deleurence, Secrétaire Général CFDT-VNF et Farida Siad, secrétaire de la FDDP.

Les HMI « nouvelles formules » ont remporté un vif succès avec une participation active. Une bonne qualité d’échanges nous a permis de vous retrouver, mais surtout d’écouter vos inquiétudes et de répondre à vos questions.

La CFDT-VNF organisera son assemblée générale le 16 juin. Nous vous attendons nombreux !

DTS : Rencontre du 24 mars 2022 avec Benoît Dufumier, directeur général délégué

Le temps imparti n’a pas permis d’aborder les nombreux sujets à l’ordre du jour. Voici quelques réponses aux questions posées : 

  • La situation problématique des effectifs de Niffer
    Le DGD a indiqué qu’il n’est pas question de réduire le niveau de service. L’administration peine à recruter dans un marché de travail peu favorable du bassin rhénan, mais mettra tout en œuvre afin de pallier ce manque d’effectifs.
  • Le recrutement des saisonniers et d’éventuels CDD avec une fourchette de salaire peu attractive et un manque de communication
    Le DGD a répondu qu’il s’agit d’une stratégie nationale, que tous les canaux de publications d’offres d’emplois sont utilisés et que les agents peuvent contribuer à une large diffusion également.
  • La problématique de formation des nouveaux arrivants et le transfert de compétences
    Le DGD a rappelé que c’est un point sensible pour l’établissement, des formations sont proposées aux nouveaux arrivants et un dispositif de transfert de compétences est en développement.

La CFDT-VNF a rappelé l’action du 7 décembre dernier qui avait mobilisé plus d’un tiers des effectifs de la DT et a relayé les inquiétudes des personnels qui restent à ce jour sans garantie pérenne de rémunération si ce n’est que par la simple parole du directeur général qui ne dispose, à cette date, d’aucun support juridique au-delà du 31 décembre 2022.

Le DGD a rappelé que le DG s’est lui-même engagé à un maintien de salaires pour les agents avec plusieurs hypothèses évoquées, telle la refonte du RI des PETPE ou la poursuite de l’ICT. Il a également rappelé l’absence de mobilité imposée.

  • Que vont devenir les bâtiments, actuels lieux de vie et de travail des agents, si des collectivités souhaitent les acquérir ?
    Le DGD a répondu qu’il n’avait pas connaissance de tels cas à la DTS, mais « que chacun se rassure », un accompagnement individuel adapté permettra de prendre en compte chaque situation particulière.
  • Pour les itinéraires secondaires, tel le canal du Rhône au Rhin Branche Sud, les équipes ne sont plus en capacité d’entretenir nos infrastructures et les marchés passés ne permettent pas toujours d’assurer un niveau suffisant. Les réseaux sociaux dénoncent régulièrement cet abandon de canaux.
    Le DGD a annoncé que la Direction territoriale suit le dossier de près et que la signature de la charte entre VNF et la région Grand Est va permettre de redynamiser ce secteur.
  • La CFDT-VNF a soulevé la question de la numérisation qui s’accélère au détriment des agents. Ne serait-il pas possible de ralentir le rythme ?
    Le DGD a rappelé que la réussite du projet de modernisation est liée à notre aptitude à utiliser les outils numériques pour simplifier et automatiser certaines opérations ou formalités. L’accompagnement au déploiement de ces outils est une priorité et la DTS s’est fortement impliquée.

Vous trouverez les questions non traitées dans le lien suivant ainsi que les réponses complètes apportées par le Directeur Général Délégué.

Journalistes avec micros qui vont interviewer quelqu'un

DTS : La parole est donnée à un agent d’exploitation

Aujourd’hui, nous avons souhaité donner la parole à un agent de maintenance du linéaire afin de partager avec vous son ressenti sur ce vaste projet. Dans ce cadre, nous lui avons posé un certain nombre de questions auquel il a bien voulu répondre.
En poste depuis 2008, cet agent assure l’entretien des espaces verts et des engins flottants, mais aussi la gestion hydraulique pour garantir un bon débit d’eau et permettre la navigation des bateaux. Il intervient sur les ouvrages en effectuant de la maintenance de 1er niveau (graissage, nettoyage et entretien en général).

Quelles sont les qualités indispensables à l’exercice de ton métier ?

« Il faut être en capacité de travailler en équipe, mais aussi être autonome, savoir rendre compte des différents évènements à la hiérarchie et être en capacité de programmer les différentes tâches à effectuer sur la journée voire la semaine. Il faut aussi pouvoir prendre des initiatives pour pallier aux problèmes urgents à régler. »

A contrario, quelles sont les contraintes, risques, inconvénients ?

« Les contraintes sont essentiellement liées aux évènements météorologiques. La gestion des crues se fait généralement sur des périodes bien précises, telles que la fonte des neiges ou les grosses pluviométries. Les risques sont, comme pour beaucoup d’autres métiers, en lien avec les blessures possibles et les bonnes postures à tenir lors  du port de charges. »

Si tu pouvais changer quelque chose dans ton travail, ça serait quoi ? Et pourquoi ?

« Hormis la modernisation en plein essor et les changements essentiels dans les corps de métier, je souhaiterais avoir un budget plus conséquent pour assurer l’entretien des espaces verts et des engins mécanisés. »

Comment te sens-tu au sein de ton poste actuel ?

« Je me sens bien, il y a une bonne ambiance de travail au sein d’une équipe jeune. »

Quel est ton avis sur l’organisation actuelle à VNF en général ? En particulier sur ton secteur ?

« En général, et en lien avec la modernisation, j’ai du mal à comprendre le choix de la fermeture de certains sites bord à voie d’eau qui restent uniques dans notre secteur. »

La réorganisation a commencé avec la création de 3 nouvelles UT, que penses-tu de la définition des nouveaux périmètres ?

« Je ne comprends pas pourquoi réunir un fleuve international avec du canal sachant que les enjeux ne sont pas les mêmes. L’augmentation des périmètres va forcément rallonger les délais d’intervention. »

Que ressens-tu lorsque l’administration t’évoque les futurs points d’appui ?

« Certains points d’appui me semblent illogiques et les choix de l’administration ne reflètent pas toujours les réalités de terrain. La construction de certains Postes de Commande sont déjà voués à disparaitre à plus ou moins long terme. Nombre de mes collègues m’évoquent leurs inquiétudes que je partage également. »

La modernisation en cours de l’EPA inclut également un fort développement du numérique. Quel est ton ressenti sur ces changements à venir à très court terme ?

« C’est bien de vouloir développer le numérique, mais il faut garder en tête que les personnels de terrain n’ont pas toujours la possibilité de pouvoir accéder à un ordinateur aussi régulièrement qu’ils le souhaiteraient. De plus, le manque de formation “numérique” rend l’accès difficile aux diverses informations. Par exemple, s’inscrire à la cérémonie des vœux de la DT via une plateforme de billetterie est une nouveauté face à laquelle nous ne sommes pas tous préparés et à l’aise. De même, la dématérialisation des entretiens professionnels annuels génère parfois un stress supplémentaire. Les formations par Talensoft ne permettent plus d’échanger avec un formateur, alors comment faire pour poser nos questions qui ne sont pas toujours incluses dans les vidéos proposées ? On nous impose d’utiliser des outils numériques sans formation, comme de renseigner Octave, application pour laquelle nous n’avons reçu aucune formation, ce qui nous fait perdre énormément de temps. »

Suite à l’avancement du projet de réorganisation, comment vois-tu ton avenir à VNF ?

« Je me demande si avec le temps notre métier sera toujours de faire passer des bateaux sur les canaux ou si je ne devrais pas me contenter de ne faire que de la maintenance et de la gestion hydraulique. Nos métiers se rapprochent plus de ceux des OPA alors que nous n’avons pas les mêmes diplômes et grilles salariales. »

Quelles sont les incidences sur ta vie personnelle dans le cadre des changements actuels et à venir ?

« Sans connaitre les points d’appui et nos nouveaux lieux d’embauche, il m’est impossible de me projeter dans l’avenir ni d’envisager un achat immobilier. Avec la conjoncture actuelle et la flambée des prix de l’essence, faire plus de kilomètres pour prendre mon poste ne sera pas sans conséquences financières. L’ICT prend fin au 31/12/2022, que va me proposer l’administration pour que je sois sûr d’avoir un maintien de salaire à la hauteur de ce que je gagne actuellement ? De plus, le temps passé sur la route sera du temps en moins avec ma famille. »

Depuis 2 ans avec la crise sanitaire, beaucoup de choses ont évolué. Quel est ton ressenti sur ces changements ?

« Suite au Covid, le travail sur le terrain n’a pas changé, je n’ai pas pu bénéficier de télétravail. Les ouvrages ne peuvent pas encore se maintenir tous seuls. Hormis les contraintes sanitaires telles que le port du masque et la distanciation sociale, je n’ai pas senti d’évolution, si ce n’est une baisse de fréquentation sur la voie d’eau. Par contre les inquiétudes sont toujours là et bien réelles quant aux changements à venir avec les réorganisations en cours. »

 

Nous remercions cet agent pour nous avoir livré son ressenti dans ce contexte particulier. Ce projet de grande ampleur génère beaucoup d’inquiétudes sur le terrain et, avec une conjoncture actuellement sombre, ne laisse pas entrevoir de porte de sortie à cet agent qui pourtant aime son métier et l’exerce avec passion et professionnalisme.

DTS : Les HMI sont de retour !

Cependant, des assemblées générales et heures mensuelles d’informations reportées, plus d’échanges autour d’un simple café et ce pendant cette très longue période. Depuis des mois, nous nous sommes efforcés de trouver de nouvelles façons de communiquer, nos militants devant chercher le bon moyen de rester au contact des adhérents… La visio, pas à la portée de tous, s’est avérée utile pour certains, notamment pour les préparations des instances ou la tenue de nos réunions internes, mais a rapidement démontré ses limites. En parallèle de ces visios se sont développés des échanges téléphoniques plus longs et nombreux, des Flash infos réguliers, des newsletters etc…

Bref un combat au quotidien fortement virtualisé, mais nous éloignant par la même occasion de nos adhérents, et des discussions productives en présentiel. Pendant ce temps, les réorganisations à répétitions n’ont pas pris de retard, bien au contraire !

Mais pendant un espace temps, un allègement des contraintes sanitaires nous a rouvert les portes des HMI !

Enfin !!! Nous n’avons pas hésité et nous voilà revenus au contact des agents de terrain, de vrais échanges, des discussions riches et utiles, tant pour les agents que pour nos représentants du personnel.
De nombreuses questions nous sont remontées pour alimenter nos instances et autres réunions de travail avec notre administration. Des arguments cohérents et constructifs sont portés par notre section face à une direction obtuse et aphone qui se réfugie derrière son directorat dès que les débats se corsent !

Tout au long de cet automne nous avons continué de sillonner la DTS de long en large à la rencontre de tous les agents. Le 29 novembre 2021, nous avons réuni une Assemblée Générale avec un maximum de personnels tout en respectant le protocole sanitaire et de sécurité en place. Les échanges productifs, les questions très concrètes des personnels et pour lesquelles malheureusement, ils n’avaient encore aucune réponse, ont été très utiles pour les représentants qui n’ont pas manqué de les relayer à la direction en exigeant des réponses claires. Au vu des « échéances organisationnelles » voulues par l’EPA VNF à marche forcée, l’unité et la mobilisation sont de mise et les personnels nous ont bien fait comprendre très majoritairement qu’ils sauraient être au rendez-vous si cela s’avérait nécessaire !

Allo !! Ici c’est Strasbourg !!! Quand la Direction fait la sourde oreille… La CFDT-VNF se fait entendre !

Suite au CTUP du 25 octobre 2021, les représentants du personnel de la CFDT-VNF à la DTS avaient décidé de boycotter les instances car il n’y avait plus d’échanges possibles avec une direction qui déroulait sans ménagement au galop un projet de réorganisation de manière unilatérale.

La direction avait fait le choix de faire la sourde oreille durant de longues semaines, ne jugeant pas utile de répondre aux questions et inquiétudes que se posait l’ensemble des agents. Nous avons donc décidé, après concertation avec les militants et sympathisants, de (re)venir vers la direction avec une forte représentativité des personnels de la Direction des Unités Territoriales (DUT), et non plus seulement les représentants du personnel.

Le mardi 7 décembre, ce fut donc plus de 130 agents de la DTS qui se sont mis en décharge d’activité pour se présenter au Quai de Paris, afin de faire la démonstration que « NON, tout ne va pas bien », comme veut nous le faire entendre la direction depuis des mois lors des GT et autres instances.

L’arrivée s’est effectuée dans le respect des gestes barrières et les mesures de sécurité qui avaient été rappelés en pleine période de marché de Noël à Strasbourg. La grosse caisse, des mégaphones et autres Vuvuzelas ont été déployés pour se faire enfin entendre et de nombreux panneaux revendicatifs exprimant de multiples questions relevant du terrain ont été brandis par la foule.

La première réponse de la direction a été de faire évacuer tous les employés présents au Quai de paris, les empêchant ainsi d’entendre les revendications de leurs collègues et de pouvoir s’associer à ce mouvement. Selon la direction, cette directive est liée à la sécurité des personnes dans le contexte sanitaire COVID. Ce COVID a quand même les épaules larges !!!
Puis ce furent deux cars de CRS qui se sont postés devant l’entrée du Quai de Paris, avec des agents équipés pour en découdre avec les méchants agents de VNF. Mais c’était pour sécuriser le marché de Noël nous a-t-on encore répliqué, décidément le marché de Noël a aussi bon dos !!!!

Après avoir trouvé un consensus acceptable, une déclaration a été lue et les agents ont enfin pu faire part de leurs inquiétudes à l’ensemble du CODIR présent. Ils se sont exprimés sur leurs difficultés à trouver leur place dans cette réorganisation « rouleau compresseur » qu’ils ne comprennent pas. Une discussion s’est engagée et des explications ont été données sans satisfaire, ni contenter l’assemblée présente.

L’ensemble des membres du bureau exécutif de la CFDT-VNF Strasbourg a ensuite été reçu pour expliquer les difficultés de projection et d’acceptation de ce projet par les agents. Ces agents pourtant si impliqués à la bonne marche du service et si fiers de leur métier qu’ils voudraient continuer à faire avec passion.

Nous avons pu ainsi expliquer toutes les revendications légitimes des agents et leurs questions mais également la difficulté des représentants du personnel à trouver une place pour des échanges constructifs dans le mode de fonctionnement des groupes de travail actuels. La direction s’est engagée à répondre à nos questions par écrit dans la semaine ce qu’elle a fait. Ces réponses seront étudiées par le bureau exécutif de la CFDT-VNF Strasbourg et en toute transparence nous vous en communiquerons le contenu et nos observations.

Les agents restent des êtres humains à part entière, et non des pions sur une carte avec des points d’appui fermés ou des PCC décidés en fonction d’une situation budgétaire actée dans des bureaux on ne sait où ??

La CFDT-VNF reste un acteur majeur de la défense des personnels et la réorganisation ne pourra pas se faire sans réelle concertation. Toute la section remercie une nouvelle fois le personnel qui s’est mobilisé à ses côtés et souhaite à toutes et tous de très belles fêtes de fin d’année.

DTS : La CFDT-VNF dirigeante d’itinéraire…ou pas

Un énième projet en date a « fuité » aux oreilles des agents grâce à la bonne entente des personnels de terrain entre les deux DT, à savoir DT Strasbourg et DT Rhône-Saône.

Il est triste, dans la conjoncture actuelle, de devoir se battre pour des projets valorisant tout le potentiel de ce canal et favorisant l’environnement. Nous appartenons à ce ministère qui est censé montrer l’exemple en matière d’écologie, d’environnement propre, mais nous sommes malheureusement les derniers de la classe en la matière.

Rappelons que ce sont de nombreux adhérents de la CFDT-VNF des deux DT qui ont provoqué une réunion sur le devenir de cet itinéraire du CRRBS. A cette occasion, certains agents y étaient conviés, d’autres pas, faute au COVID nous a-t-on répondu ! Il a bon dos le COVID ! C’était le 25 mars à Valdieu et 48 personnes étaient présentes.

Nous n’y avons rien appris de neuf, hormis le fait que ce canal, faute de partenaires, serait en danger… Nous avons alors demandé aux deux directions d’être plus actives face à ce projet de transport d’ordures ménagères qui devrait relier Montbéliard (DTRS) à Bourogne (DTS). Là encore la CFDT-VNF a alerté, interrogé, discuté et proposé, mais les échanges n’ont pas rencontré une motivation et une conviction équivalentes aux nôtres.

La CFDT-VNF a dénoncé le manque d’implication de la part des dirigeants des 2 DT dès la connaissance du projet, et cela jusqu’à devoir les informer de la tenue d’une réunion capitale des porteurs de ce projet, d’où le réveil de la direction deux jours avant.

Sans l’intervention de la CFDT-VNF, ce projet serait aujourd’hui peut-être déjà aux oubliettes, mais nous veillerons et suivons de près son évolution. Tout comme d’ailleurs nous serons vigilants sur les autres opportunités de ce canal qui ne sont pas développées (colis lourds) ou pires, risque d’être anéanties (croisiéristes fluviaux).

Nous vous souhaitons à toutes et tous d’agréables vacances !

Une page se tourne à la DTS…

Mais avant d’en arriver là, Patrick, qui avait repris le flambeau au sein de la DTS il y a 39 ans, a, petit à petit, et avec beaucoup de patience et de combativité, développé et fait grandir ce syndicat. Il allait à la rencontre des agents, les défendait, les conseillait et portait fermement et avec conviction tous les dossiers traités en instance. Il a su s’entourer de militants investis tout au long de ces années et savait mobiliser les personnels dans des actions mémorables pour certaines !!!

Après 3 mobilités et plusieurs fonctions, il a toujours su garder les pieds sur terre et aura toujours su se souvenir « d’où il vient ». Cette proximité de terrain si utile à son engagement lui manquera certainement, mais les agents de la DTS ne l’oublieront pas de sitôt ! Il restera ancré dans cette mémoire collective.
Engagé, il l’a été jusqu’à son dernier jour de travail et l’a encore maintes fois prouvé lors de cette période sanitaire complexe où il s’est investi sans compter ses heures et a enrichi les nombreux débats et échanges avec la direction.

Mais cet investissement n’était pas que local, il l’a également été lors de ses nombreuses réunions « nationales » où Patrick a toujours été force de propositions.
Aussi la section syndicale de la DTS lui souhaite une longue et heureuse retraite. Un grand merci également à son épouse Claudia qui, tout au long de ces années, l’a accompagné contre vents et marées. Qu’ils sachent profiter ensemble d’une paisible retraite et de leur petite fille venue récemment agrandir le cercle familial.

Arrivée d’un nouveau directeur à la DTS

La CFDT-VNF de la DT de Strasbourg lui souhaite la bienvenue et compte sur son expérience pour développer le tourisme et la logistique fluviales. Elle espère un dialogue social de qualité pour le bien-être des agents et cela, malgré une pandémie qui dure et une importante réorganisation en cours dont nous n’apercevons pas encore le bout du tunnel.