DTNPC : Visite de l’écluse de Valenciennes par le grand public

Et nous ne pouvons passer à côté de la fête du port de Valenciennes Valescaut qui le 28 mai, sur les bords de l’Escaut, a fait le plein d’activités et là aussi une fois de plus VNF, en partenariat avec l’office de tourisme, a fait visiter aux amateurs son écluse.

Nous aurions pu aussi citer d’autres exemples, le pardon de la batellerie du 1er mai à Douai sur le territoire de l’UTI Deûle-Scarpe, tradition bien ancrée où VNF a toute sa place. La région des Hauts-de-France n’a pas à rougir de son patrimoine et des femmes et hommes de VNF qui malgré tout, dans la morosité d’un service qui s’effrite et des surcharges de travail qui les affaiblissent, continuent à mettre en valeur leur savoir, leur métier et la voie d’eau !

Souhaitons que la direction locale et la direction générale fassent preuve d’autant d’énergie et de rigueur pour se battre et parfois s’exposer dans l’objectif d’obtenir les moyens et les outils suffisants pour permettre aux personnels de travailler sereinement et rêvons un peu : d’être reconnus et valorisés ! 

Une piste pour commencer la démonstration ? Publier et pourvoir tous les postes vacants des organigrammes présentés en instance plutôt que de jongler avec des gels de postes, des suppressions ou tout simplement de laisser traîner pour satisfaire des plafonds d’emplois au risque d’occasionner surcharge de travail et mal être pour les personnels !

DTNPC : Comme dit le dicton «en mai, fais ce qu’il te plaît»

L’UTI Escaut-St-Quentin toujours sur le pont 

Nos agents sur le terrain n’ont pas attendu le COP et ses orientations stratégiques pour promouvoir leur outil au quotidien à savoir : la voie d’eau ! Ainsi, malgré la crise Covid et la réduction des effectifs, ils sont restés fidèles, présents, disponibles pour accompagner les initiatives et actions locales qui se sont multipliées ces dernières semaines.

Échanges de bonnes pratiques avec le Service public de Wallonie

Tout d’abord, le 11 avril, une délégation du Service public de Wallonie est venue en visite sur l’écluse de Fresnes dans le cadre d’échanges sur les méthodes d’exploitation et de maintenance des deux services de part et d’autre de la frontière. L’initiative ne s’arrêtera pas là puisque d’autres rencontres ont été programmées. À noter que le Service public wallon est aussi partie prenante au même titre que VNF dans le projet de réouverture du canal de Condé à Pommeroeul. Nul doute que ce genre d’action ne peut apporter qu’un regain de positivité à nos collègues et à leur travail.

Personnage devant entrée lumineuse

DTNPC : Serait-ce enfin le bout du tunnel ?

Au sein de cette newsletter, nous sommes revenus à plusieurs reprises sur la réorganisation entreprise en 2019, dans notre DT Nord-Pas-De-Calais au Service de la Voie d’Eau et de ses acteurs en UTIS. Nous souhaitons partager avec vous les avancées notoires obtenues par la CFDT-VNF, à force de persuasion et de rigueur ! Forte de son slogan « on ne lâche rien ! »… Les avancées sont là et cette fois-ci, c’est du concret !

Lasse d’attendre des réponses à nos questions en Direction Territoriale et surtout des actions légitimement attendues depuis des mois, la CFDT-VNF est allée à la rencontre du DRHM, le 22 février dernier. Nos revendications portaient en priorité (parce qu’il faut le dire, l’urgence était là, au vu de tous, mais seuls les agents en postes et la CFDT-VNF, conscients de leurs difficultés, s’en souciaient) :

Pour la Cellule GDPI — Pôle régional Domaine

Le recrutement immédiat d’au moins un agent sur le poste de catégorie C, assistant-domaine, vacant depuis la fin du contrat du CDD au 31 décembre dernier ; le recrutement du deuxième poste prévu à la réorganisation, à la remontée des actes des secteurs de l’UTI Flandres-Lys et de Cambrai, toujours géré, par l’UTI Escaut-St Quentin

Pour l’UTI — Flandres-Lys

Le recrutement immédiat d’un CDD en aide au Pôle Domaine, durant l’absence des 3 gestionnaires.

Et, concernant les agents assurant des tâches en intérim non officialisés, depuis des mois sur certains postes de la filière, nous avons demandé que les décisions d’intérim adéquates soient prises immédiatement !

Au vu de la situation dramatique et de nos arguments flagrants avec lesquels nous bataillons depuis des mois, le DRHM a pris des décisions :

  • OUI pour le recrutement immédiat d’une ARL, sur un des deux postes de C en création à la Cellule GDPI, soit un recrutement pérenne qui ne pourra plus être remis en cause !
  • OUI pour le recrutement d’un CDD au pôle Domaine de l’UTI Flandres-Lys en l’attente d’une décision de transfert des actes domaniaux sur le pôle régional (qui ne pourrait se faire sans le recrutement du deuxième poste de C prévu à GDPI et le maintien du CDD à l’UTI Flandres-Lys pour la préparation des dossiers transférés) !
  • OUI pour la validation des intérims !

Toutes ces décisions nous ont été confirmées lors de notre réunion bilatérale Direction Territoriale/CFDT-VNF, le 7 mars dernier : enfin un peu de reconnaissance pour tous nos collègues dans la tourmente ! Un dialogue de sourds qui nécessitait pourtant juste une écoute attentive, une analyse des revendications récurrentes et de terrain que nous formulions depuis 2020 !

Néanmoins, la CFDT-VNF, notamment dans le cadre de la découverte du nouveau projet de service du SDVE, continuera à être vigilante. La réduction des effectifs ne doit pas être la porte ouverte à tout et n’importe quoi !

Nous tenions à partager avec vous ces acquis, vous montrer qu’à force de patience, d’argumentation, on peut faire avancer les choses. La CFDT-VNF porte et continuera à porter tous services confondus, vos difficultés, à pointer les dysfonctionnements, à dénoncer le non-respect des engagements de la Direction !

« Ce n’est qu’avec votre confiance et nos échanges sur la réalité et les difficultés de votre quotidien que tout cela a été possible ! »

Alors, n’hésitez pas, nous sommes à votre écoute !

Téléconduite en DTNPC

Voilà ce qu’il en ressort : la modernisation de l’exploitation concerne en particulier 16 sites éclusiers Grand Gabarit. Deux sites accueilleront un PCC (poste de commande centralisé), Waziers centre principal et Valenciennes centre secondaire. Ces PCC géreront le grand et le petit gabarit, la gestion hydraulique et la gestion trafic avec la présence permanente d’un chef de salle et des opérateurs de navigation (qui pourront exécuter deux sassées simultanées). Le tout reposera sur un réseau de fibres optiques déjà existant (SFR), mais des adaptations locales seront sans doute nécessaires, objet de discussions avec des opérateurs potentiels.

La planification porte sur une période de 2020 à 2030 (téléconduite GG Escaut fin 2023, Sensée/Deûle fin 2024 et Bauvin/Dunkerque fin 2025). Des essais virtuels ont été présentés en juillet sur l’ergonomie, les pupitres d’opérations téléconduite et le futur centre de téléconduite. Les travaux et les essais se poursuivront de fin 2023 à fin 2025.

Néanmoins, parallèlement à ce mutisme en DT, nous constatons une avancée significative du projet. Doit-on craindre que les mois à venir pour « finaliser le référentiel métiers » à échéance fin 2022, ne se traduisent que par une application pure et simple, en local, des décisions de principe prises par notre Direction Générale ?

2025, c’est demain ! Nous nous étonnons à ce stade qu’une approche plus terre à terre des conséquences au niveau humain ne soit pas prise en compte au sein de notre DT. Notre direction, pourtant zélée dans les suppositions de départs en retraite et dans ses projets de réorganisation, ne fait pas preuve de transparence sur ce sujet précis.
Le référentiel serait-il construit sans consultation des DT ? Nous ne le pensons pas… Alors pourquoi aucun échange avec les agents sur leurs souhaits concernant l’évolution de leurs missions, des impacts qu’ils craignent, du retour de leurs expériences… ? Tout cela nous semblerait plutôt de bon augure et préalable à la finalisation du référentiel métiers !

Et surtout, si un tel projet prenait enfin un aspect collaboratif, et notamment au sein des DT et de la nôtre particulièrement, il ne pourrait qu’en être mieux accepté, mieux adapté aux spécificités de notre voie d’eau et des agents qui actuellement en assurent la gestion !

En tout cas, la modernisation passe aussi par la rentabilisation de notre immobilier :
DÉBUT OCTOBRE : INAUGURATION DES NOUVEAUX LOCAUX DE L’ANTENNE DE CAMBRAI !

C’est ainsi qu’une antenne de l’UTI Escaut St Quentin, basée à Cambrai, s’est vue dans l’obligation de déménager, de libérer les locaux qu’elle occupait depuis une cinquantaine d’années ! Il n’y avait pas pourtant péril en la demeure !

La face cachée des réorganisations et de la réduction des effectifs génèrent des impacts, qui quelquefois ne sautent pas aux yeux au premier abord, mais finissent par surgir avec une telle précipitation sans concertation, ni explication, ni analyse préalable, où pourtant, pour ce cas précis, les départs naturels auraient rendu les choses bien plus faciles à 9 mois près !

Certains personnels ont passé plus de 40 ans de leur carrière dans ce bâtiment face au canal de Saint-Quentin et qui plus est propriétée de l’État ! Ils n’ont pas été écoutés ni les membres du CLHSCT, toutes les alertes sont restées vaines ! Cela aurait permis d’éviter des partages de nouveaux bureaux exigus d’autant plus avec les incidences de la crise sanitaire et ses gestes barrière ! Même si des efforts ont été faits pour les accueillir sur le site d’un atelier proche, avec des travaux basiques conséquents, nous comprenons les frustrations légitimes de ces personnels !

Les réorganisations doivent être traitées d’une façon globale toutes approches confondues et, sur le long terme, cela doit se traduire par des faits concrets sur le terrain avec notamment en premier lieu l’écoute et la communication avant toute démarche.

La déclinaison du pacte social annexé au COP, dont la CFDT-VNF se félicite d’avoir été en grande partie la seule force de propositions, ne doit pas être une simple rédaction, mais un outil à la portée de tous, pour repérer, analyser et solutionner au mieux toutes les conséquences gravitant autour des mobilités et suppressions de postes.

La section CFDT-VNF Nord — Pas-de-Calais en fait une priorité au quotidien. Malgré notre vigilance au sein des différentes instances nationales, locales et groupes de travail et face à une retenue flagrante d’informations de notre Direction, n’oubliez pas que vous, chers collègues, vous êtes nos relais essentiels pour véhiculer l’information de terrain et faire en sorte qu’elle nous arrive ! Tous ensemble, nous ferons avancer les choses ! A quelques jours des fêtes de fin d’années, nous en profitons pour vous souhaiter de belles fêtes en famille et avec vos proches, prenez bien soin de vous.

DT Nord-Pas-de-Calais

Du coup, notre choix s’est porté sur deux actions au caractère plutôt reconnaissant, professionnellement et personnellement, de la valeur de nos agents et collègues.

L’Atelier Régional de Férin : fer de lance du savoir-faire de VNF

La première note positive concerne une unité unique et spécifique de notre établissement, que vous ne connaissez sans doute pas tous, au sein de notre DT Nord-Pas-de-Calais. Il s’agit de l’Atelier Régional de Férin, qui jouit d’une compétence reconnue notamment dans la conception des portes d’écluses grâce à son savoir-faire en chaudronnerie et soudure.
Et cela n’est pas passé inaperçu !
Dans le cadre de l’Université de la Voie d’Eau, notre Direction en lien avec la DRHM va porter un projet qui sera débattu pour une co-construction de cet atelier avec l’ensemble des personnels afin de dispenser des formations qui trouveront toute leur utilité dans le cadre du transfert des compétences.
Même si pour le moment, à ce stade tout récent, nous restons prudents et attendons de voir si cette amorce aura un effet enthousiaste et concret auprès des acteurs concernés sur la suite réservée à cette initiative… nous ne pouvons que nous féliciter, au moins, de cette idée porteuse de valorisation de nos hautes compétences ! Nous reviendrons, bien sûr, sur l’évolution de ce dossier dans un prochain article !

Les anciens ordinateurs VNF offerts aux écoliers de la petite commune d’Hérin

La deuxième note positive qui concerne l’informatique ne fera pas de mal non plus.
Nous avons décidé de porter à votre connaissance, cette fois-ci, une belle action de notre DT, à l’initiative d’un agent éclusier investi dans le monde associatif, en lien avec notre service informatique.
Eh oui, il faut le souligner aussi, nombre de nos collègues, outre leurs compétences professionnelles, s’investissent au quotidien personnellement auprès d’associations, et œuvrent pour le bien des autres. Trop rarement à notre goût, les agents VNF sont mis à l’honneur, et pourtant dans l’ombre ils arrivent à concilier de bonnes actions à titre privé tout en contribuant à l’image de VNF.
Nous avons eu écho qu’au sein de notre Etablissement, ces deux aspects combinés ont pu permettre récemment, en lien avec une association en faveur des écoles d’une petite ville de 4 100 habitants, Hérin dans les hauts de France, d’offrir aux petits écoliers concernés 10 postes informatiques réformés, mais de toute utilité pour nos « ch’tis bambins ».

Ce petit clin d’œil est le bienvenu, mais bien sûr n’efface en rien les tristes réalités de notre quotidien en termes de réductions d’effectifs et de réorganisations. Cela nous promet une rentrée dure pour tous et laborieuse syndicalement, mais dans l’attente et parce qu’il faut bien parfois redescendre la pression, toute la section vous souhaite toutes et à tous de bonnes vacances !

DTNPC : Pas de fumée sans feu

À l’aube d’un projet de modernisation, des organigrammes faisant écho aux travaux du RETEX 2018 sont diffusés sur l’intranet. La CFDT-VNF avait alerté la direction sur le risque de déclassement des services de maintenance au sein des UTI. Les départs forcés d’OPA compétents dans cette discipline ont contribué à l’affaiblissement d’une UTI, qui n’est désormais plus en mesure de répondre à des problématiques technologiques et propose purement et simplement l’externalisation de ces activités, alors que dans le même temps VNF recrute des CDD et/ou des CDI maintenance.

Les représentants CFDT-VNF ont dénoncé le détricotage systématique des services de maintenance, qui empêche des OPA d’accéder au grade d’ingénieurs et d’être acteurs dans l’organisation de la DT. La DTCB se retrouve sous un effet de tenaille et doit faire face à une montée significative des besoins de connaissance technologique, un niveau de maintenance idoine ainsi qu’un mode de fonctionnement et de gestion des recrutements qui ne sont pas en adéquation avec la réalité du terrain, malgré les alertes répétées de la CFDT-VNF.

De plus, il semble que dans certains endroits, on édite des notes de service qui axent les efforts sur les travaux à la pioche, sur la bonne image que doivent donner les agents et les saisonniers, ces derniers n’ayant pas le droit de se plaindre sous menace de sanctions ou de ne pas être recrutés l’année suivante. On parle du « pont trop bas »… Que dire de la position de la direction qui a déclaré lors de divers interviews (France 2, M6, France Info, l’Yonne républicaine) que VNF est prêt à mettre 1 million d’euros sur la table pour pallier ce problème, dont la responsabilité ne relève pas de VNF ? Les personnels de l’UTI Nivernais Yonne supportent les quolibets qui viennent de toute part et des responsables syndicaux CFDT-VNF sont interpellés par des élus. À l’aube du projet du COP, il semblait pourtant que la direction souhaitait conserver des relations apaisées avec les collectivités locales.

De plus, la CFDT-VNF dénonce et relaye depuis plusieurs mois des alertes très inquiétantes sur des comportements inappropriés envers les agents, la gent féminine, les personnes en situation de handicap. Certaines victimes se sentent obligées faute d’autres solutions, de se mettre en disponibilité, de demander des mutations quand il ne leur est pas laissé entendre qu’elles peuvent aussi quitter la DT.

La direction qui est informée par les représentants du personnel de ces situations doit prendre ses responsabilités et agir là où il faut agir ! Fermer les yeux, déplacer ou reporter le problème n’est pas la solution et contribue à entretenir un climat délétère.

Toujours sur les conditions de travail, le service sécurité et prévention alerte sur la progression d’accidents de 2 roues. Ceux-ci s’ajoutent aux problèmes constatés sur des passerelles de portes d’écluses défectueuses. Les personnels se battent avec les herbes aquatiques et ont l’impression de vider les canaux à la petite cuillère. Lors de du CHSCT Central, la direction a affirmé être attentive à leur sort et veillera à traiter ces situations avec « bienveillance ». Ce mot si souvent utilisé est loin de correspondre aux ressentis de nombreuses personnes au sein de la DT ce qui démontre encore une fois qu’entre la théorie et la pratique il demeure un monde !

Nous espérons que pendant quelques semaines, ce climat anxiogène pour certaines et certains pourra être mis en arrière et vous apporter une bouffée d’oxygène bien méritée.

Nous restons mobilisés et à votre écoute pour toutes vos questions et sollicitations. Dans ce cadre, nous viendrons prochainement à votre rencontre et vous invitons à assister à nos tournées sur le terrain, dont le calendrier est le suivant :

UTI Nivernais-Yonne : 8, 9 juillet et 16 août
CMI Tonnerre : 20 juillet
CEMI Ouche : 26 juillet
CEMI Nemours et Briare : 10 aout
CEMI Decize : 26 aout
CEMI Saint-Satur : 13 septembre
SEMEH et Canal du Centre : 13 septembre

Nous espérons vous y retrouver nombreux et dans l’attente, toute la section vous souhaite de belles vacances !

DTNPC : Téléconduite… T’es où ? Mais t’es pas là !

Après un début effervescent et prometteur en termes de communication et d’information fin 2018 — début 2019 sur le sujet, nous faisons le constat que notre direction n’a pas tenu sa ligne directrice en 2020, une vraie année blanche !
L’histoire ne serait-elle pas sans fin ?… La crise sanitaire ne peut tout expliquer et les grands discours du projet de modernisation de notre service via le Contrat d’Objectifs et de Performance, à la une de toutes nos réunions, ne nous paraissent pas suffisants. Où en est-on ? Où sont les infos que nous attendons légitimement ? Une simple allusion en termes de réponse à nos questions quant à la rédaction d’un cahier des charges pour le choix d’un bureau d’études qui peine à sortir n’est pas une réponse acceptable !
L’inquiétude grandissante de nos collègues impactés par ce projet ne semble pas être un critère suffisamment important pour partager des informations réelles et concrètes sur leur devenir professionnel et, disons-le aussi, familial, car tout changement n’est pas anodin !
La mise en œuvre de la téléconduite passera par de nouvelles méthodes d’exploitation, de nouveaux métiers, de nouveaux outils de travail… Elle a été annoncée progressive entre 2021 et 2023, il est grand temps pour le bien de tous de sortir de cette zone d’ombre, de reprendre le dialogue, de partager les informations, de répondre aux questions des agents concernés (questions déjà remontées pour la plupart depuis plus deux ans !).
N’oublions pas que le silence est l’expression du mépris et que seule la discussion permet des échanges productifs pour faire avancer les choses !